Archive for avril, 2016

Quand j’écris régulièrement…

mardi, avril 12th, 2016

Si tu crois que tu trouveras ici, la suite de mon dernier billet, datant du 28 septembre, tu rêves.
En fait, la fin en question s’est dégonflée comme un vieux soufflé, happée par la folie mexicaine. Elle est un peu tombé à l’eau… je dis ça je dis rien… (si t’as compris tu gagnes un bon-point)

Mais peut être qu’un jour, ma bonté scripturale partagera avec toi le comment nous sommes rentrés à 1 heure du matin, avec le vendeur lui même, désespéré, et comment nous avons trouvé les gamins, sur les matelas encore de plastique recouverts, endormis…

Mais ce n’est pas le moment.
Là, tout de suite, le moment est à la reprise tranquille de l’écriture…

car…Je m’étais promis d’écrire régulièrement depuis mon arrivée ici, loin. Très loin. Heureusement, je ne te l’avais pas promis à toi, car tu m’aurais pris pour une menteuse.
Moi, je me pardonne car je sais que je suis une connasse. (Si tu ne me crois pas relis donc ce billet ) et tu verras que je dis vrai…

Je m’étais donc promis d’écrire régulièrement, et puis je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Nous sommes en Avril. Je ne me découvre pas d’un fil, mais je le reprends (le fil donc, de mes aventures)(il faut décidément tout t’expliquer…)(je reprends le bon-point)

Où en étais je déjà?

Ah. Au fait que je m’étais promis d’écrire régulièrement… hum… c’est loupé. Ou alors on n’a pas la même notion de « régulièrement ».
Le problème maintenant, c’est que j’ai tellement peu raconté que j’ai trop à raconter… l’eau turquoise des caraïbes, l’incroyable gentillesse des mexicains, la spirale infernale du boulot, les passionnantes missions qui me sont confiées, les villes coloniales, les parcs sous la pollution, les robes kitsch des « quinceañeras », le centre ville d’un autre temps, les pieds cassés, les coeurs fatigués, et le bonheur. Quand même.

Alors comme je le dis souvent, il n’y a pas à chier des bulles carrées. Je ne raconterai rien. On va faire un pacte toi et moi: on fait comme si on recommençait tout, et là, je te promets, je vais écrire régulièrement. Et je ne sais toujours pas si on a la même notion de « régulièrement ».

Des bécots mexicains,
Noisette

tumblr_inline_mnyryunSkE1qz4rgp