Quand t’es dans personne.

Les affaires reprennent.

Et il faut dire qu’en faisant le travail que je fais (professeur des écoles pour les incultes de ma vie), il y a de quoi écrire… tant au niveau des élèves, que des… euh… comment dire.. euh… des trucs qui me servent de collègues.

Alors j’écris.

Sache que dans la vie,  il y a des phrases cultes… celles qui restent à jamais. Celles que parfois tu prononces malgré toi, celles que tu veux retenir et qui sont déjà sorties de ta bouche. Celles qui font de toi quelqu’un de vénéré. Ou pas. Et j’ai notamment une collègue, que nous appèlerons désormais « l’externe » (tu comprendras dans quelques lignes pourquoi), qui risque de s’avérer une vraie mine d’or… niveau phrases cultes.

L’externe est quelqu’un de toujours en forme, d’adorable, de bosseuse, et de… bavarde. Hier nous mangions avec l’externe, le dirlo et « celle de l’autre côté de la porte » (son nom à elle est un peu plus long, un jour je t’expliquerai pourquoi) et nous parlions de jours de décharge… gné? qu’est que c’est que ça? aucun rapport avec de la poubelle je te rassure. Il s’agit simplement d’un jour sans classe (mais toutefois au service de l’éducation nationale.) Celle de l’autre côté de la porte et moi même sommes déchargées un jour car nous sommes maîtres formatrices (oui je sais, nous assurons grave, et faisons partie de l’élite… que veux tu…)  Le dirlo lui, est déchargé un jour car il est… euh… directeur. Et ce jour de décharge il fait semblant de travailler…

bref…  Tout ça pour dire qu’autour de la table nous faisions tous partie d’un « corps » particulier nous offrant un jour de décharge pour nos activités chronophages (t’as remarqué un peu la cultures sémantique que je me tape ou quoi?)

Tous sauf l’externe.

De là, LA phrase de la semaine… t’es prêt?

accroche tes oreilles:

« oh, mais moi je suis dans personne ». 

point d'interrogation,vecteur

La pauvre.

on a fait semblant de parler son langage.

Alors on a souri.

gentiment.

Tags: , , , ,