Quelle journée!

Tu vois, dans la vie, il y a des jours où ça ne tourne pas rond… Hé bien, autant te dire que ça reste carré jusqu’au bout.

Ce matin était la première journée d’observation d’une stagiaire dans ma classe, qui va rester 2 semaines dans le monde des bisounours…

Tu comprendras aisément, que mon professionnalisme qui n’est plus à défendre veut que d’habitude je fais TRÈS bien ma classe, et que quand j’ai des stagiaires je fais TRÈS bien ma classe, avec beaucoup d’explications supplémentaires sur mon cahier journal (alala modestie quand tu nous tiens…)

Bref.

Donc hier soir, j’ai bossé pendant… 3 heures, pour bien bien bien préparer à fond ma journée, avec des fiches de prép de la tuerie, avec des fiches concoctées maison… bref. Le top du top. (modestie… blablabla)

Mais revenons en à nos moutons, après cette mise en situation contextuelle nécessaire.

Ce matin, j’arrive à l’école, et là, HORREUR… je m’aperçois que j’ai TOUT oublié dans mon imprimante… à la maison.

Inspire, expire, inspire, expire…

Allez c’est pas grave, je vais refaire les deux fiches sur l’ordi de l’école vite fait, et tant pis pour le cahier journal qui est assez frais dans ma tête pour la journée… je lui montrerai jeudi… à la stagiaire…

Je mets trois plombes donc à retaper mes fiches…

Et là, l’imprimante de l’école ne veut pas fonctionner.

Et les parents sont déjà dans le couloir, et les enfants braillent déjà.

Je dois quitter le bureau… Et je SUPPLIE le directeur de me sauver la vie.

Il accède…

Je pars dans ma classe… et ce n’est qu’une heure après, après moultes et moultes manipulations qu’il réussit à faire marcher la fâcheuse imprimante.

Mais bon, je suis sauvée…

mais la matinée commence et j’ai déjà transpiré des litres…

 

 

A la récré, rien à signaler de spécial, à part un oeuf sur une tête, un coup de pied sur un bras, un ongle retourné et les pleurs d’un enfant qui à peur du vent… la routine quoi.

 

L’après midi… chez les petits, 3 pipis au lit. Dont un non-assumé. C’est qu’il a beaucoup transpiré soi-disant… bon.

 

Le soir arrive… bon, c’est l’heure d’aller chercher mes mioches… ouf, un bon petit moment d’amour et de bonne humeur… sans speed tu vois..

 

Hé bien que nenni…

Déjà, j’arrive à la garderie, et j’ai face à moi deux têtes d’enterrement. Chouchou parce que tu comprends il est en train de jouer… et il s’amuse beaucoup pffffooooouuuuuu. ça fait plaisir. Et puis je comprends parce qu’à la maison il a pas de jouets pauvre enfant…

Et chouchoutte parce que pffffoooouuuuuu t’arrives tôt et tu comprends elle dessine pffffffoooouuuuuu. ça fait plaisir. Et puis je comprends parce qu’à la maison elle a pas de feutres pauvre enfant…

 

Et puis y a eu le repas qui n’était pas à leur goût… et la douche que c’est pénible de devoir tout le temps se laver, et l’histoire du soir que c’était pas celle qu’ils voulaient TOUS LES DEUX.

 

Tu sais quoi? Je vais aller me coucher, car sinon je risque de pouvoir écrire un roman…

 

  • Ce soir, moi, à ta place, je ne tenterais pas de cochoneries au lit.
    Salut.

  • ça tournait carré chez moi aussi, aujourd’hui !
    Allez, bon mercredi !

  • Elle puerai pas un peu du cul, l’année 2012 ?