Une journée dans l’eau…

*flashback*

Les vacances sont presque finies, ma soeur et moi profitons pleinement de nos deniers moments en pays ibère.

On est 15 cousins, oncles et tantes… je n’oublierai probablement jamais.

Les filles n’ont pas un gramme de cellulite, les garçons déjà le mollet velu et le torse bombé, le soleil et les 2000 pesetas du ticket d’entrée ne nous font pas peur.

On allait passer une journée à Aquarama à Benicassim, , et qui venait d’ouvrir ses portes.

La crème solaire et les casquettes, sans parler de l’hydratation, on s’en foutait. De toutes façons, on buvait la tasse à chaque descente des « enrollados », du « dunas surf » ou encore du « remolino »… et puis on avait déjà la peau couleur charbon après l’été passé sur nos plages sans touristes…

La journée passait à la vitesse de l’éclair. C’était il y a bien longtemps… Ce temps là où tu ne penses qu’à te cacher un peu dans les recoins des fausses pierres, pour fumer, entre cousins une clope. Ce temps là où tu remets ton maillot sans cesse en place, parce qu’y a des beaux gosses qui matent tout l’temps. Ce temps là où c’est papa-maman qui payent. Ce temps là où l’insouciance est encore de mise, malgré tes faux airs d’adulte.

********

17 ans plus tard, j’estime qu’il est grand temps de retourner faire un tour dans un parc aquatique en tant que maman.

8 h: Chouchou se lève, et moi je dois forcément suivre. L’odeur du café envahit très vite la maison, et le craquement des céréales ouvrent petit à petit nos paupières.

10 h: La famille Zette arrive, nous sommes tous prêts pour une pub « aqua…..fresh » tellement nos zygomatiques tirent…

10 h 35: Je me rappelle que la clim de ma voiture ne marche plus. peu importe, nous arrivons bientôt et notre corps sera bientôt composé de 99% d’eau fraîche.

10 h 37: « 1 adulte et un enfant de moins de 12 ans, ça vous fera 43 euros et 50 cents. » Ca commence…

10 h 40: Un perroquet géant qui ne rêve que de se faire déplumer, nous attrape violemment pour une photo que nous n’irons jamais voir. Nous imaginons en fin de journée (tu comprendras bien vite pourquoi), que si nous la regardons ça nous fera 10 euros, et que si nous voulons la prendre, ça sera 32 euros…

10 h 50: le temps se couvre, le vent se lève. Les 10 cm d’eau dans le petit parc pour enfants ne font que sublimer la sensation de froid. On va aller faire un tour hein… Chouchou est ravi. De toutes façons, il n’ose descendre qu’un seul mini-toboggan. Les autres lui font trop peur. il a le vertige dit-il. Mouais. Alors nous partons à la recherche de Zette’s Progéniture. Mais eux n’ont pas peur faut croire, de toboggan en toboggan, on ne les trouve pas. Ils doivent être quelque part dans un tunnel.

11 h 45: Installés sur une table du coin resto, Chouchou a déjà faim.

12 h: je me cale dans la file d’attente du stand pizzeria. Les employés sont pour la non-violence, une caisse sur 3 est ouverte et la file grossit aussi vite que les tobogans et la piscine se vident. Je commande des spaguettis. Comme Mario. « Je vais les faire » me dit le jeune saisonnier. J’ai peur. Y en a pour trois plombes. Mais non, la sauce est prête et les pâtes sont cuites et congelées. 30 secondes dans l’eau bouillante et je repars avec les boîtes en carton que nous ne finirons jamais. coût de l’opération, avec les 2 donuts: 17 euros 40 cts.

12 h 28: Un bon café et ça repart.

13 h 40: « ça m’fait stresser » voilà ce que je répète au moins 12 fois. Zette veut absolument qu’on tente de faire une petite balade sur d’énormes bouées, au fil du clapotis de l’eau. Mais Chouchou est bien petit. Allez c’est pas grave, je le tiendrai tout le long, on a qu’à se laisser porter par le courant. Je tiens Chouchou, qui veut que je le lâche, pendant que Zette s’engueule déjà avec des ados qui n’ont aucune honte de nos jours de se foutre de la gueule des adultes aussi ouvertement que les cuisses des filles qui les accompagnent. Finalement, C’est moi qui suis sortie la moins stressée de cette aventure en bouées.

14 h: retour à la piscine. Nous déposons nos affaires à la consigne: 3 euros, et vous ne pouvez venir rcupérer quelque chose que 3 fois attention! (ok) Mais on t’offre un sac pour faire passer la pilule. (ok). Nous déposons nos affaires à même le sol, pas moyen de prendre un transat à 3euros50. (même si on t’offre la casquette)(ok). On s’est même demandé, si poser nos affaires trop prêt d’un transat allait nous coûter quelque chose, puisqu’on avait toujours un STAFF prêt à l’assaut quand on s’approchait trop près…

De 14h à 18h15, nous avons nagé, rit, pris des glaces à 3 euros et des cafés à 2 euros, vu un oeuf par terre, des kktd, nous avons même descendu un toboggan. C’est là d’ailleurs que nous nous sommes rendues compte, la Zette et moi même, que vraiment nous avions vieilli. Nous étions tellement excitées à l’idée de faire l’attraction nous mêmes, que nous avons compté comme des dégénérées avant de nous jeter dans le toboggan sauf que… ceux qui c’étaient élancés avant nous n’avaient pas encore touché l’eau, en bas. Et tu comprendras aisément que ça il faut pas le faire. Mais nous l’avons fait. Et crois moi, une fois dans le toboggan, quand tu vois que tu viens de te jeter alors que ton prédécesseur n’a pas encore fini, t’as beau chercher tous les moyens possibles, tu ne peux pas remonter et tu te prends de l’eau plein la tête, tout en restant concentrée pour ne pas vriller. Ce n’est plus ce que c’était putain. Mais où est donc passée l’insouciance?

Nous l’avons fait une seule fois. Puis je suis retournée auprès de Chouchou et Zette a cherché les siens. Des mamans, plus des ados. Voilà ce que nous sommes.

18 h 15, nous quittons le parc. Rien que le fait de rentrer dans la voiture me repose. La marque du maillot se fait voir, entre deux pourtours rouge pétard. J’avais bien pensé à tartiner le petit, toutes les deux heures… Le petit.

Ce petit qui de ses brassards vêtu n’aime toujours pas les micro gouttes d’eau dans les yeux, et qui pourtant a osé, un peu, parfois, lâcher ma main dans la piscine. Ce petit qui s’est bien régalé. Autant que les deux plus grands, ceux de la Zette, qu’on n’a pas vu de la journée, cette journée qu’ils vont raconter de long en large à leurs copains.

Une bien chouette journée, en bien chouette compagnie.

Mais, une journée qui m’a un peu, parfois, rappelée mon boulot. Non pas par le nombre de gosses présents, non pas par les cris et les rires, non pas par les rangs bien formés (ou pas) avant d’accéder aux attractions, non pas par le café pas toujours buvable… Mais pour ça:

Déformation professionnelle…

  • mhhh… payes et baignes-toi, et râles pas, OK? (mais quelle horreur sans dec…)

    et le formidable, il faisait quoi pendant ce temps là ? hein ?

  • Ils ne devraient vraiment pas employer l’impératif ! (ça c’est pour montrer que je suis)
    Quand t’as dit que c’était encore papa/maman qui payait, j’ai pensé et au fait que c’est toujours le cas, pour moi ! Merde, serais-je une ado attardée ?:D

  • Mouhahaha, Rachel, la grosse feignasse, elle copie son comm chez moi.
    MOUHAHAHAH.
    (putain je m’y revois, mais je note qu’aucune de nous 2 n’a osé raconter le truc énorme qu’on a vu…)

  • Cette pub est énorme. On devrait l’encadrer

  • Grâce à un blog, on découvre un autre blog et ainsi de suite..Là, j’arrive chez Noisette avec toute son histoire et sa passion de nous raconter. C’est à chaque fois une petite aventure bien sympathique…

  • Oh, très bon dossier, la vie est d’être aimé. Prendre la peine de jeter, et profiter de la vie.

  • C’est vraiment très agréable journée aujourd’hui, j’ai aussi eu une bonne journée, moi et ma copine sur la plage, oh, la plage il ya un grand nombre beauté bikini, nager avec le soleil, excellente journée.