Archive for juillet, 2009

le wikio d’août 2009. exclu ou pas exclu?

mardi, juillet 28th, 2009

wikio

Mais qu’entends-je? que vois-je? que sens-je?

Mais bordel! c’est bientôt le wikio!!!

Que les choses soient bien claires les gros, il me FAUT l’exclu du top 100 où je vais être ce mois ci. (qué prétentieuse?)(on en reparle)(qué ambitieuse?)(on en reparle)

Alors, je n’ai ni la patience ni le temps de faire la fête du link, (un peu quand même)(pour la route)(c’est moi qui régale)(bon, ça suffit maintenant!)(et puis j’en entends râler qu’ils sont linkés sur « la »)(et puis j’entends râler ceux qui sont pas linkés) mais sans déconner, je le mérite bordel de niou!

bientôt à moi la vie de star, de strass et de paillettes!! youhou!! en haut de l’affiche je serai!!! youhou!!!

alors monsieur wikio, sois gentil, si tu passes par là, fais péter l’exclu!!! parce que, il ne me reste qu’une chose à dire: si à 30 ans t’as pas été dans le top 20 wikio, c’est que t’as râté ta vie… (ou pas) youhou!!

voilà.

et toi si t’as rien à faire, fais moi un link, tu seras bien gentil, et j’t’enverrai un bonbon. je viens d’acheter ça:

haribo

t’as plus qu’à choisir.

oh non je t’en prie, ne me remercie pas, c’est tout naturel… (mais bon, pense à mon wikio quand même)

(oh la lourde)

d’hépar. (je suis trop en forme du titre)

lundi, juillet 27th, 2009

wooooooo pitain les gros j’en peux plus, ça devient insupportable.

t’façons, tous les ans c’est pareil.

t’façons, ça le fait à chaque fois.

C’est simple, plus le jour du départ se rapproche, plus je suis surexcitée et……. débordée!

Je pars jeudi. midi. pas une minute de plus, pas une minute de moins. Et j’ai encore deux machines à faire tourner, deux cartons de mon déménagement (y a deux ans) à ranger, le courrier à trier, quelques factures à payer, tout plein de boulot pour l’école (que je m’embarque sous le bras)(le prochain qui me dit que les profs, ça fout rien il se prend une rouste. (oui.)(normalement ça me passe au dessus)(mais là, il se prend une rouste.)(bref)…

j’ai aussi les valises à faire, bien entendu.

Et les valises c’est une grande histoire, parce que en général, je les fais vers 2 heures du matin la veille du départ (ou le jour même, donc, en fait), en panique. Mais il doit y avoir comme un truc psychologique là dedans, parce que je ne peux pas faire autrement.

Et là, mon pauvre cerveau il tourne à mille à l’heure, et que le passeport, et que le carnet de santé, et que le maillot, et que la robe noire? la blanche? oh pis les deux.

Si je m’écoutais je prendrais un camion de déménagement pour partir en vacances. Mais bon. ça doit être un de ces trucs psychologiques encore.

Et donc, et doooooooonc, me direz vous… mais que fais tu donc ici noisette? (je vous ai déjà dit que l’auto-link c’était jouissif?)(ah oui je l’ai déjà dit.)(je m’aime)(encore un truc psyblablabla)

Ben si je suis là c’est que je vous aime, parce que je ne suis qu’amouuuuuuuuuur, je ne suis qu’altruiiiiiiiiiiiiiiisme, je ne suis que bontééééééééééééé. Et je voulais juste vous faire un tit kikoolol, comme ça, en passant…

Loin de moi l’idée de vous faire jalouser, en vous disant que je vais être à deux pas de la mer, parce que t’façons, j’y suis toute l’année.

loin de moi l’idée de vous faire baver, en vous disant que ça va être farniente, décontractente, amusamente.

loin de moi l’idée de vous faire pleurer, en vous disant que ma peau brûlante de soleil, se détendra le soir autour d’un bon barbecue en terrasse, les pieds en éventail.

loin de moi l’idée de vous faire couiner, en vous disant que l’Espagne, c’est vraiment le plus beau pays du monde, où les gens, qui ont les mêmes problèmes, les mêmes soucis, les mêmes angoisses que les autres, prennent la vie du bon côté, toujours (bon ok, ou presque) avec le sourire,, toujours accueuillants, toujours prêts à faire la fête.

loin de moi, oui.

Chuis drôlement sympa quand même, moi j’dis.

c’est pas la crise pour les réduc…

lundi, juillet 27th, 2009

A l’heure où beaucoup râlent, comme tous les ans, parce que partir en vacaces ça revient cher… PAF je tombe comme un cheveu sur la soupe, mais, avouons le, en un peu plus agréable. En effet, non seulement j’ai pour mission ultra pas secrète de vous présenter une destination de rêve, mais en plus c’est pas cheeeeeeeeeeeer. En tout cas, moins que d’habitude.

C’est simple, à Cannes , et durant tout l’été 2009 , les hôtels, restaurants, et lieux de spectacles vous proposent des réductions que de ta life t’as vu. (rohlalala, mais comment je suis jeun’s d’un coup)

exemples (oui ben comme à l’école hein, c’est toujours mieux d’illustrer ses propos):

Jusqu’à 30% de réduction offerts sur des animations et activités dédiées aux familles et aux couples : Marineland (parc des Dauphins et Orques), excursions aux îles de Lérins, dégustations de vins et olives, cours de cuisine, visite guidée du Palais des Festivals, train touristique, visites de parfumeries et confiseries, concerts à 5 €. L’office de tourisme publie même une liste de restaurants à moins de 15 €.

alors??? moi j’en pense que du bien…

je me vois déjà sur Rado Plage, proffitant de mes 20% sur le ski nautique, ou encore dégustant le kir maison offert…

tu vois les traces de pieds là? ben non, c’est pas les miennes, mais c’est tout comme…

rooooooooooh ça va hein, je t’entends râler d’ici… allez va, va faire un tour sur Cannes City Zen , et après tu me raconteras les discothèques, restos, spectacles, hôtels, promenades que tu as sélectionné. Tu vois? quelque part, chuis vachement sympa non?

Article sponsorisé

le docteur mamour, c’est pas dans « urgences » et pourtant…

vendredi, juillet 24th, 2009

donc voici la suite du billet d’hier.

J’ai senti que chouchou se portait pas trop trop mal, quand arrivés aux urgences, et après avoir tiré le frein à main, il m’a dit: « maaaaaaaaan, j’aurai dû prendre flash mac queeeeeeen, on retourne à la maison? » « nan » « bouhouuuuuuu ».

ok.

ça allait être corsé.

heureusement j’avais pris la DS, devinant que l’on risquait d’attendre.

Nous sommes arrivés à l’accueil, et que vois je? Juste 8 personnes devant nous.

Tout va bien.

« mamaaaaaaaaaaaan je veux un autre jeu »

« oui mon fils, tèh, celui là? »

« nan »

« celui là? »

« nan »

« celui là alors! »

« naaaaaaaan »

« bon ben heho, t’as qu’à apprendre à lire, du haut de tes trois ans et tu choisiras ce que tu veux, ou guide toi avec les images! prends ce jeu il est très bien! »

« bouhouuuuuuuuuuuuuuu »

ok… c’est juste qu’il devrait presque dormir à cette heure ci… tout va bien, je vais bien, tout va bien, je vais bien…

« mamaaaaaaaaaan j’ai soif »

« merde, putain, fais chier, j’ai pas pris la gourde! »

« bouhhhhhhoooooouuuuu mais moi j’ai soiiiiiiif, je vais mouriiiiiiiiiiiiiiiiir »

bon…

euh, je suis partie demander au vigile, si par le plus grand des hasard il y aurait pas une putain de fontaine ou un robinet quelque part dans ces locaux tout pourris… « non, mais il y a un distributeur ».

Et Chouchou de rétorquer: « aaaaahhhhhhhhhhh de l’eau mamaaaaaaaaaan »

Mais j’avais beau chercher dans mon sac, entre carnet de santé, cartes vitale, et chéquier, pas la moindre pièce en vue. Et l’autre qui couinait. (qui allait bien donc). Le Vigile m’a vue tellement désespérée, qu’il m’ a dit qu’il devait bien avoir un euro dans sa besace, qu’il allait me chercher ça. Putain, sauvée. Chouchou, la bouteille de 1 litre et demi et moi même sommes allés reprendre notre place dans la salle d’attente.

1 heure après, nous avons été appelés par un monsieur, docteur de son état, et plutôt beau gosse. Lui oui c’était une sorte de docteur mamour. Il ausculte le petit, palpe le genou, et dit: « hématome pré rotulien ».  « C’est grave docteur? » « Si un bleu c’est grave, oui c’est grave » me dit il avec son sourire aux mille dents blanches. « mais, euh, alors, ben, alors, cette boule là, c’est pas sa rotule qui se fait la malle alors? » « hématome pré rotulien ». ok.

bien.

On pouvait rentrer à la maison.

Mais juste avant que je lui ai demandé s’il voulait pas m’ausculter à moi aussi, parce que j’avais eu une journée de dingue, et que peut être mon coeur était tout affaibli, il m’a encore sourit, et là, j’ai eu peur qu’il appelle les infirmiers de la cellule psy. Alors je me suis barrée, vite fait bien fait, retrouver le formidable qui bavait sur le canapé.

Mari et enfant à donner. D’occasion, 1ère main, état moyen.

jeudi, juillet 23rd, 2009

youhouuuuuuu! Aujourd’hui, j’ai rien foutu. et ça c’est bon. Enfin, si, je mens, j’ai mangé un Magnum amandes, et j’ai maté « true blood ». En gros c’est un bon résumé.

Mais bon, je le méritais hein, parce qu’en fait hier, ma journée a duré 48 heures. Si si,  je t’assure que c’est possible. Bon, je te passerai des détails sordides, d’une histoire de fous, mais je t’en donnerais quelques uns tout de même.

Tout a commencé, vers 4 heures du matin, quand le formidable gémissait à mes côtés, tout en lâchant des litres et des litres d’eau de partout de dans son corps. Je savais bien que j’avais pas mis une bouillote dans le lit en plein mois de juillet, alors j’ai ouvert l’oeil, et j’ai palpé.

ah ben oui, chaud c’était. Ni une ni deux, ni trois même, un coup de paracétamol dans sa face, et de la serviette mouillée qui fait « pppccchhhhhh » sur son front. Je te laisse imaginer la lourdeur du truc, puisque au bout de deux minutes, fallait aller la repasser sous l’eau gelée cette conne, car j’avais peur qu’elle prenne feu.

Alors entre deux « aaaaaaaaaarrrggg j’ai une barre dans la tête » (mais non c’est ton cerveau) « aaaaaaaarrrrggggggg j’ai mal dans tout le corps, je suis une courbature sur pattes » (on a pas fait l’amour pourtant chéri) « aaaaaaaarrrrrrggggg y a pas une couverture par là? » (ben euh NAN y a pas), ben faut dire que j’ai commencé à paniquer.

et vas y que je tape sur gougueule « symptômes grippe A » pour savoir si j’allais devoir faire mes valises et partir loin loin loin. Et en fait j’aurai pas dû. parce que bon, mes valises j’allais faire du coup. Mais j’ai préféré appeler SOS médecins (trop bonne je suis).

A 10 heures il est venu le docteur pas mamour. verdict: angine fébrile. Et il ne falait pas mettre deux mots moi j’dis, le con, parce que déjà, un seul, le formidable est drôlement malade. MAIS deux, ben doublement quoi. donc voilà, la teuf, pendant 2 jours le mari mourant à la maison. youhou! breeeeeeeeeef.(quelqu’un veut un gentil mari?)

De 13h30 à 17h, c’est l’irracontable.

Puis je suis rentrée, j’ai attrapé chouchou pour aller faire 2 courses. Et puis, hé bien il était drôlement content, et faisait la balançoire avec ses bras, dans le caddy. Qu’est ce qu’on rigole aux courses! Sauf que ce qui devait arriver arriva, et un de ses bras a lâché, et il s’est ramassé la gueule dans le caddy en question. Et c’est le caddy qui a gagné. Mon fils lui, y a laissé le genou. Mais moi je lui ai dit: « c’est no way mon fils, ton genou et toi on rentre! Et puis quoi encore? Dans la souffrance j’ai accouché, pas un seul morceau de toi je n’abandonnerai. » je ne sais pas s’il pleurait parce que vraiment il voulait s’en défaire de ce putain de genou, ou si parce qu’il avait mal… Et nous sommes rentrés.  Mais vraiment, c’était pas joli joli, et c’est rigolo deux minutes de pouvoir attraper le semblant de bille qui s’était formé là, sur le genou, et de le balader partout. Un peu comme si la rotule s’était fait la malle et décidait que « oh tiens peut être je vais aller me loger ailleurs ». Et puis y avait un joli bleu aussi (mais lui il restait en place. sage.) Alors, ni quatre ni cinq, ni six même, j’ai attrapé fils et genou, et nous sommes partis aux urgences

urgences

Et tout le monde sait bien qu’aux urgences, et bien tu te tapes la queue… (enfin, si je peux dire)

to be continued…

chouchoutte dessine…

mardi, juillet 21st, 2009

bon.
voilà.
Ma fille me manque, mais elle m’envoie des photos.
point barre.

je m’en vais pleurer dans un coin et je reviens :p

mimama

(et euh, nan nan, le formidable ne rend pas hommage aux Jackson Five en vrai)