j’ai le bulbe qui jaunit.

oui je sais, il faut que je fasse un énorme effort sur les titres.

je sais.

non mais attends, il faut que je t’explique…

en fait, je suis un peu désespérée parce que je me rends compte que même les quelques bouts de bambou plongés dans l’eau, jaunissent… on ne peut avoir la main plus pourrie que ça je crois. putain mais ils sont à côté de la lumière. à 3 centimètres de la porte fenêtre… non mais bordel, je peux pas mettre le vase plus au bord du buffet, parce que sinon, c’est simple, il tombe.

ben non, lumière ou pas, les bambous crèvent quoi. la poisse.

quoique, je suis médisante, car mon ficus à la pousse qui pousse (c’est nul. mais j’aime. ça me fait penser au pousse mousse. j’adore, mon corps se met presque à danser tout seul). et ça, ça doit être parce qu’il est sur le caisson de basse. je le savais que les vibrations ça lui plaisait… qui n’aime pas? (je dévie là?)

bref.

saloperie de bambou quand même.

surtout que j’ai passé le week end à planter moi. ouais. et même que y a de la couleur partout, mais que comme il est 23h, je vais pas aller dehors prendre des photos là… tu m’excuseras. et demain j’en prendrai pas non plus, puisque je travaille moi, et je rentre à pas d’heure. bref. j’t’en mettrai le jour des enfants des photos. (si les fleurs vivent encore…c’est pas dit)

alors le bambou, il me déprime hein. (je l’ai déjà dit?)(ouais ça va, c’était pas exactement ça que j’avais dit)

re bref.

alors la question du jour est: primevères, dahlias, renoncules, cyclamens et autres gerberas résisterons-t-ils à la malédiction de la noisette?

bah on verra bien.

mais que cela ne vous empêche pas de dormir hein… même si les plantes rendent l’âme, je survivrai.

(comment ça: « ah merde! » ?)

(dingue ça)

(aucune solidarité bordel!)

(oui je me rends compte que je me parle toute seule… ça craint.)

(bonne nuit)

  • Ah mais moi je suis fan de ce titre ! Vraiment !

  • violette: ça ne m’étonne pas de toi… quoique, t’as changé, t’es plus la même… t’as les mains sèches et on n’écrit que deux lignes un quart sur toi dans « vendredi ». c’est la vie sauvage quoi. ressaisis toi bordel!

  • tu vois qu’il te faut un chat. Tu causerais au chat…(perso même l’herbe à chat justement je l’ai fait crever.) (mais j’en ai pris des photos moi pour les mettre en ligne…blogueuse de pacotille va !)

  • putain, j’ai eu peur, j’ai cru que t’allais causer de fenouil.
    parce que je viens de cuisiner le mien.
    c’est infâme.

  • oopsy: prête moi mimo? (quoique non, c’est une mauvaise idée…) (les insultes, c’est la porte à côté madame) (je fait du teasing moi… ouais!)

    Camille: qué fenouil? tain mais tu veux pas manger des trucs normaux comme les vrais gens?

  • fenouil et bambou, mais vous tombez dans la déviance?
    tu veux connaître mieux?
    jamais réussi à faire germer une lentille sur du coton dans un pot de yaourt.
    sur le rebord de la baie à l’école, 27 pots de danone alignés, au milieu, un vide, le mien.
    ça s’est jamais arrêté le truc, même on m’avait pas choisie pour chanter le rôle de Tistou dans Tistou les pouces verts alors.

  • hé mais vas y, mais t’es même pa svenue lire mon blog dimanche, ou bien? je causais de mon fenouil, voilà tout.

  • Tu sais que le bambou est la seule plante qui se suicide ? mon avis y’a pas que toi qui déprime dans cette maison

  • l’herbe à chat c’est le plus solide

  • Mélina: tain mais. c’est traumatisant. heureusement que la petite poule rousse était là. si vraiment tu veux avoir quelque chose à rattraper, une vengeance à prendre, la porte de ma classe est ouverte…

    Camille: ah si, je bloguais pas, mais je lisais et je commentais m’dame. j’était quand même restée persuadée que tu l’avais échangé contre des oeufs… ou que vraiment, tu ne le cuisinerais pas.

    electroménagère: putain non je savais pas. ma déprime est encore plus grande du coup. je vais faire des bisous à mon bambou.

    lili: ouais mais j’ai pas de chat :p