cours noisette cours!!! part II

et j’ai couru donc.

comme jamais.

les deux monstres à mes trousses… le truc, c’est qu’à chaque fois que je me retournais ils étaient de plus en plus près (ils courraient quand même plus vite que moi ces cons) alors je me suis mise à hurler (au cas où le fait de courir ne les aurait pas assez excité…)

« LES ENFAAAAAAAANTS SAUVEZ LES ENFAAAAAAAANTS!!! LES ENFAAAAAAAAANTS!!! »

mais comme je ne savais pas très bien ce que je faisais, ben j’hurlais tout en me dirigeant vers eux…

ils étaient presque sur moi la dernière fois que je me suis retournée, et la peur, l’angoisse, le sable, ont fait que je me suis étalée comme une crêpe… un peu comme si j’avais voulu rattraper un ballon au volley, mais sans ballon. et là, j’ai porté mes mains à mon cou, et j’ai serré fort. et attendu. boum boum. boum boum. qu’il faisait mon corps, mon cœur…

ce moment à dû durer quelques secondes, et pourtant on aurait dit l’éternité…

quand j’ai relevé ma tête, que j’avais enfouie dans le sable (autant mourir étouffée hein), je me suis apperçue que les deux chiens m’étaient passés chacun d’un côté, et qu’ils sautillaient maintenant. ils avaient enfin décidé d’aller vers leur maîtres, qui s’égosillaient depuis tout à l’heure…

là, si j’avais eu pipi, j’aurai fait pipi à la culotte, tellement je me suis détendue. (j’aurai pû dire caca, mais j’ai trouvé que c’était un peu plus gore…)

je me suis doucement relevée sur des jambes qui ne semblaient pas être les miennes puisqu’elles n’écoutaient rien à ce que mon cerveau leur dictait. elles se contentaient de trembler. point barre.

et je me suis aperçue de deux choses:

1. j’avais encore les coquillages dans la main… je les avais tellement serrés, que je m’étais tailladé la main…

2. personne n’avait bougé, mais tout le monde me regardait.

les cousins, les cartes à la main, la bouche ouverte, la belle-mère qui mettait la crème dans les cheveux tellement elle ne savait plus ce qu’elle faisait (la bouche ouverte aussi), et mari, enfants et oncles, avec les raquettes, qui ont repris leur partie…

quand j’ai réussi à aligner trois mots, j’ai dit: « on y va ».

la journée prenait fin…

  • Bon et les coquillages vous en avez fait quoi ?

  • en même temps, là, j’attends que Jade se poutre dans l’eau et perde et se barre en râlant de PUTAIN MAIS POURQUOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII? en mode Moundir.

    donc…

    mais je compatis ( ah merde, c’est philomène qui vient de se vautrer), les chiens ont bien dû se marrer, et les maîtres aussi.

  • oopsy: ben je les ai ramené à l’école…

    Mélina: PITAIN MAIS JE REVE ou tu n’es même pas concentrée quand tu me lis!!!!
    non mais attends, moi je lâche tout quand je lis ton blog hein… ingrate…

  • Ok, la famille va mieux maintenant où ils sont tous en psychothérapie ? 😀

  • bon et ce tag il vient bordel ?

  • excellent !! c’est très drole malheureusement…

    ma pauvre

  • emanu124: ben la famille, en fait ils étaient déjà tous en psychothérapie à la base… finalement, ça les a pas trop changé…

    Mélina: HEY! ben pour la peine, je ne le ferai que demain. ou pas… on verra. (gnark gnark gnark)(je t’aime au fait)(ah non non, pas de buzz)

    Lili est insolente: oui hein, vu de l’extérieur… pfff

  • d’accord, et donc, vous êtes tous rentrés, faire cuire des moules. c’est ça?

  • camille: tous non… mon mari les enfants et moi et la moule elle est partie dans un bon bain chaud (si c’est ça que t’appelles cuire des moules, mais je doute)… j’en ai cauchemardé pendant des mois…

  • suis-je la seule a mourir de rire quand je lis ce billet ? c’est dégueu… mais je ne peux pas me retenir ! au passage « sauvez les enfants » j’en pleure de rire

  • geosocial

    Hey Twelve Mile! I’m the founder of PInwheel, and thanks for this great post and I’ll send you a bunch more invitations. Glad you’re seeing the possibilities there, and your posts on Pinwheel have been great.